edmond de rothschild heritage

Cet été, ces restaurants parisiens retrouvent des couleurs pour accueillir les gourmands restés dans la capitale.

Aux Crus de Bourgogne (2e) : l’adresse à l’ancienne

Comment ne pas vous recommander cette institution du quartier Montorgueil ? Sur l’ardoise, cuisses de grenouilles, escargots, coq au vin, pâté en croûte, quenelles, œufs en meurette, gibier, les grands classiques de la tradition sont heureusement présents. Dans ce paradis des spécialités françaises, la tradition a du bon et la qualité des produiits est au rendez-vous. De quoi rassurer les fidèles qui traversent tout Paris pour faire aussi honneur à une cave plantureuse, dans un décor immuable. Formule : 20€, carte : 50€. auxcrusdebourgogne.com


Taisho (16e) : saveurs du pays du Soleil Levant

C’est la terrasse estivale de Keisuke Yamagishi. En attendant de retrouver enfin son restaurant Etude, le chef étoilé s’offre une table éphémère au décor de guinguette face au panorama de la tour Eiffel et du Trocadéro, devant l’Aquarium de Paris. Côté cuisine, le raffinement mêle les saveurs occidentales et japonaises dans une carte qui dévoile son savoir-faire sur le tartare de saumon au Kabuso, le tataki de bœuf Pie Rouge, le poulet Kaaragé aux légumes de saison ou la tarte au chocolat Itakuya du Brésil, et pour les aventuriers, une bière au yuzu désaltérante. Carte : 40€. Facebook


Louis XVI (8e) : la bonne surprise

Face au petit square qui porte le nom du roi défunt, Daïna Savesi et la cheffe Sonia Benaouda dépoussièrent le concept de brasserie en s’impliquant dans l’esprit de cuisine durable avec des produits sourcés au plus près, en circuit tendance locavore. Sous l’égide du Collège Culinaire de France, on s’y délecte d’aubergines confites au charbon d’olives, d’œuf mollet à la crème de céleri, de tartare de boeuf d’Aubrac sélectionné par Hugo Desnoyer et de merlu de Saint-Jean-de-Luz à la plancha fondant. Formule : 24€. Menu : 28€. Carte : 40€.​ lelouis16-paris.fr


Boccador (8e) : l’Italie aux Champs Elysées

Sur les murs, les portraits de Sophia Loren, Monica Vitti, Claudia Cardinale, Vittorio Gassman et Marcello Mastroianni nous invitent à partager les spécialités de la Botte dans une salle qui fait les beaux jours du Triangle d’Or parisien depuis les années 70. Dans une ambiance intimiste, on démarre les festivités avec un carpaccio d’artichaut au parmesan, suivi de tartare de daurade, spaghettis alla vongole, bar en croûte de courgettes et linguines à la poutargue en rêvant de Dolce Vita. Formule : 29€, carte : 50€. le-boccador.com


Le Jouy (3e) : dîners musicaux et galerie d’art

Si vos pas vous portent jusque dans le Haut Marais, découvrez cette maison élégante qui s’y installe, sous la houlette du chef Nicola Casties et d’Alexandre Brik. Avec sa carte tracée à l’ardoise, elle propose des dîners au son du piano, et créé l’événement avec des expositions éphémères. Autre originalité du lieu, offrir du « très bon pas cher » avec un émincé de faux filet de bœuf sur une chantilly au lard, des gnocchis à la fleur d’oranger et de la joue de lotte marinée au cumbawa qui trouvent place dans un ticket moyen à 20€. Facebook


Le Shack (9e) : le nouveau spot des épicuriens

Derrière l’opéra Garnier, cette oasis urbaine s’est installée dans les anciens locaux des éditions Calmamn-Lévy, transformées en emporium regroupant un espace de coworking, une boutique, un espace bien-être, un bar à cocktails et un restaurant. Aux tables du salon, l’accent est mis sur une « casual food » généreuse où les produits sains remplissent des assiettes dévorées par les startuppers, les curieux et les gourmands, émerveillés par la beauté et l’originalité des lieux de cet espace atypique. Carte : 40€. leshack.fr


Truffes Folies (8e) : pour passionnés de diamant noir

Le souhait de cette table de poche au coin épicerie irrésistible, c’est de rendre la truffe plus accessible en la mettant en valeur dans chaque recette, de l’apéritif au dessert. Les amoureux de ce champignon magique ne sont pas prêts d’en oublier l’adresse. Invitée partout, elle devient un luxe devenu abordable, et ses arômes enivrants naviguent en majesté. De la burrata aux salades, en passant par le velouté de cèpes, l’omelette, le foie gras, les pâtes, le risotto, le brie ou le tiramisu, son tasting rend addict. Formule: 19€. Carte : 60€. truffesfolies.fr

Henri YADAN